Terana

Le Département du Rhône intègre le laboratoire vétérinaire TERANA
Depuis le 1er janvier 2020, le Département du Rhône a rejoint le Groupement d’Intérêt Public TERANA qui regroupe les laboratoires vétérinaires et biologiques de la Loire, de la Haute-Loire, du Cantal et du Puy-de-Dôme. Une mutualisation qui permet à TERANA d’élargir son périmètre d’intervention et au Conseil départemental du Rhône de poursuivre son action dans l’épidémiosurveillance en santé animale.
5 départements à l’unisson
Après quelques mois de négociations, le Rhône a décidé de rejoindre le GIP TERANA aux côtés de ses homologues du 15, 42, 43 et 63. Le Département s’engage ainsi, plus que jamais, à renforcer son action de prévention des risques d’épidémies animales et veille ainsi à maintenir un bon état sanitaire sur son territoire. Depuis juillet 2019, TERANA prend en charge l’activité du laboratoire rhodanien – évaluée à 300 000 € de chiffre d’affaires annuel – jusque-là réalisée par le laboratoire de l’école vétérinaire à Marcy-l’étoile. Ce rapprochement a été officialisé par arrêté préfectoral.
« Le rapprochement du Rhône avec TERANA était une évidence, la suite logique d’une proximité entre le Département de la Loire et du Rhône. Les deux Départements s’étaient mis en relation avant même la mutualisation avec le Cantal, la Loire, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme en 2016. », se souvient Chantal Brosse, présidente TERANA et vice-présidente en charge de l’Agriculture au sein du Département de la Loire. Et de poursuivre : « Cette union permet au CD69 de garder la compétence ainsi que son pouvoir de décision sur cet outil de veille sanitaire. À travers TERANA, les Départements participent activement à veiller sur la qualité de vie de la population. »
Pour Colette Darphin, vice-présidente CD69 : « La sécurité alimentaire et animale est un des enjeux majeurs de la politique agricole du Département du Rhône. Rejoindre le GIP TERANA est un atout puisque ce choix permet de mettre en oeuvre des stratégies à long terme et d’avoir un cadre stable. C’est aussi et surtout un formidable message selon moi. L’agriculture porte des valeurs de solidarités fortes et cette union en est une belle illustration. Ensemble, nous serons plus solides pour développer nos actions de veille et valoriser la qualité de nos exploitations. »
Une veille sanitaire pour réduire les risques d’épidémies animales
Tous les jours, les équipes collectent les prélèvements vétérinaires avant de les transférer sur les sites de TERANA du Cantal, de la Loire et du Puy-de-Dôme. Ces analyses (réglementées ou non) permettent de contrôler l’état sanitaire des cheptels, de sécuriser l’introduction d’un nouvel animal dans un troupeau et garantit la sécurité de la population. « Une grande partie des prélèvements du Rhône est analysée au sein de notre laboratoire à Aurillac (15). Chaque mois, nous analysons plus de
1 000 échantillons de sang, d’organes, de lait, de matières fécales d’animaux de rente exclusivement.
Nous devrions recevoir jusqu’à 10 000 échantillons mensuels du Rhône sur les plus gros mois de la campagne de prophylaxie1. », précise Johnny Poirier, directeur adjoint TERANA Cantal et responsable technique en santé animale.
L’union fait la force
Les Départements du Cantal, de la Loire, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme et du Rhône ont fait le choix de mutualiser leurs laboratoires vétérinaires et biologiques. Ce rapprochement permet de faire face à la concurrence des grands groupes privés de plus en plus prégnante, d’anticiper les évolutions réglementaires, tout en maintenant un service public de qualité et de proximité.
www.labo-terana.fr
TERANA : un service public engagé pour la qualité de vie de la population
Créé en 2016, TERANA est un GIP (Groupement d’Intérêt Public) qui regroupe les laboratoires
départementaux publics du Cantal, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et du Rhône. Répartis sur
quatre sites, les 130 agents réalisent quotidiennement des analyses sur de nombreuses espèces
animales, mais également sur l’eau et les denrées alimentaires. Chaque année, ce ne sont pas
moins d’un million et demi d’échantillons analysés par les techniciens TERANA. Objectifs :
garantir la sécurité sanitaire et environnementale en prévenant des risques d’épidémies
animales, de contaminations alimentaires et de pollution de l’eau. Ainsi, TERANA participe activement à
veiller sur la qualité de vie de la population.
Pour toujours plus accompagner ses clients agriculteurs, vétérinaires, restaurateurs, hôteliers,
communes, industriels et bien d’autres, TERANA propose également ses 60 ans d’expertise en audit
et formation sur-mesure (hygiène, gaspillage alimentaire, équilibre nutritionnel, risque légionelles,
qualité de l’air en intérieur…).
EN CHIFFRES
– 60 ans d’expertise
– Un périmètre d’intervention sur 5 départements :
Cantal, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et Rhône
– 4 sites : Aurillac (15), Montbrison (42), Puy-en-Velay
(43) et Lempdes (63)
– 32 000 clients
– 130 agents
– 4 domaines d’expertise : santé animale, hygiène
alimentaire, métrologie, hydrologie & environnement
– 1,5 million d’échantillons analysés chaque année
– 12 programmes d’accréditation COFRAC
– 10 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel
©Jodie Way
Contact presse
Catty BOIRIE : responsable communication TERANA – catty.boirie@labo-terana.fr – 06 29 84 57 88
1) Prophylaxie : Bovins, ovins, caprins, sont tous soumis au même rituel : la prise de sang annuelle de dépistage imposée par
le Ministère de l’Agriculture. Chaque année, des campagnes de prophylaxie sont réalisées afin de surveiller les maladies sur
les animaux de rente : rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR), brucellose, leucose, hypodermose, etc.